Carnet de voyage de Jean de janvier 2015

Posted in: Bio, Carnets de voyage
Tags: , , , , ,

✗ 24, 25 et 26 janvier 2015
Huitième voyage au Vietnam, auprès de nos amis !

Jean-Brunet-Lecomte

Jean Brunet-Lecomte

Grand départ le 24 janvier dernier où j’avais retrouvé Dominique Mahé, notre bénévole pour Tan Thong pendant quelques semaines, à CDG Paris. On a pu échanger en particulier de ses motivations pour nous aider. Bien arrivés à Saïgon, voyage sans encombre, le Frère Joseph nous emmène à Tan Thong où le Père Paul Dominique et la Sœur Marie Hoa nous attendent avec impatience. A l’arrivée, j’ai été accueilli par le frère de Pheoh : il est vraiment content de son emploi de portier et de vivre à l’orphelinat. C’est un soulagement qu’on ait pu trouver cette solution : son addiction à l’alcool engendrait une violence et des conséquences graves pour sa famille. La cure réussie lui permet d’accéder à cet emploi …
J’ai bien sûr embrassé A Ly Cho, le neveu de Pheoh, orphelin de Père. Mais surprise, il a beaucoup changé physiquement, comme s’il avait vieilli ! Mais toujours attaché à son grand -père, c’est ainsi qu’il m’appelle ! Il fait partie de ces enfants que je suivrais dans la durée…
J’ai aussi accueilli nos 6 couples lyonnais visitant le Vietnam et faisant un crochet par Tan Thong. Juste le temps de la photo collective ! Ils ont été très touchés par leurs rencontres avec les enfants et les responsables.
Ensuite, retour à l’aéroport deux heures après mon arrivée pour m’envoler à Kon Tum, Dominique reste sur place. Arrivée le soir à 18h au Homestay de Pheoh. Quelle journée après une nuit d’avion !

Frère Joseph à gauche, au milieu Père Paul Dominique et Sœur Marie Hoa encadrant Dominique Mahé devant Jean Brunet-Lecomte, accompagnés de cinq couples d’amis lyonnais

L’accueil de Pheoh a été très chaleureux. Elle était en pleine forme. Après les courses au marché de Kon Tum, nous sommes arrivés à la nuit à Klâu Rơngol, son village. J’aime vraiment ces marchés où tout se passe dans la rue, où un monde fou s’affaire. Outre les légumes et quelques crevettes que Pheoh m’avait demandé de choisir – cela fait partie de l’accueil- j’ai acheté des fleurs pour la maman de Pheoh et un chemisier pour Phach mais qu’on a laissée dans le taxi…
Surprise en arrivant : la cuisine du Homestay est finie d’être construite, il va falloir terminer de l’équiper !
Bel accueil de la famille. Beaucoup d’échanges avec Phach. Beaucoup d’émotion aussi à la suite des photos de son fils a Ly Cho prises le matin. C’est vraiment très dur de vivre si loin de son petit garçon de 5 ans et réciproquement.
Diner fort goûteux mais dans une « communication silencieuse » : il m’est évidemment impossible de participer à leur discussions en dialecte Jaraï et pour autant on se comprend autrement ; les fous rire sont mémorables !

Le lendemain, le 25, après une nuit aux bruits exotiques, nous sommes à Kon Tum pour un déjeuner avec Huynh, homme d’affaire local. De bonnes discussions sur le projet bio. Projet de business de production alimentaire bio et d’export. Évidemment c’est un projet complexe mais il confirme l’intérêt pour les paysans et son accord pour contribuer. Discussions avec Tyna (mon associé pour le projet Bio), Pheoh dans le salon de l’hôtel, rencontre avec Michèle, une française de 70 ans. Elle connaît bien Pheoh et l’adule !!! J’avais déjà eu l’occasion de parler avec elle lors d’un autre voyage. Elle accompagne une petite orpheline et passe plusieurs semaines à Kon Tum par an.
Bien sûr on a croisé plusieurs français, dont le jeune volontaire Tristan du service civique avec qui nous avions échangé autour du feu de joie lors de notre moment danse traditionnelle à Kon Kotu en octobre dernier.

Un petit tour au marché de Kon Tum, avant de rentrer à Klâu Rơngol, car ce soir, c’est la grande fête. Pheoh l’a voulu ainsi, en notre honneur. Dominique vient d’arriver de Saïgon. Nous dormons tous les trois au homestay. Pour Dominique, après Saïgon, une plongée à Klâu Rơngol directement dans une réunion familiale où ça grouille, c’est intense et en rupture : peut-être trop forte….
Bonnes discussions avec l’oncle de Pheoh, chef du village, toujours sur le Bio. Tyna sait s’y prendre. Quelle personnalité : elle mène son monde en douceur mais avec détermination, un solide appui pour le projet « bio ».
De très nombreux plats excellents. Et puis nous rejoignons le reste de la famille et des amis vers 22 h : il s’agissait bien sûr de déguster l’alcool ! Trois jarres préparées…. J’en ai goûté une, puis fait semblant, Dominique a à peine gouté, quand à Tyna, elle a dégusté l’alcool et savouré les patates douces dont elle raffole. 45 minutes plus tard, je saluais tout le monde pour aller me coucher et la mère de Pheoh, toujours très reconnaissante de notre présence, a regretté mon refus obstiné de boire. C’est vraiment leur tradition et c’est leur seule façon de remercier. Pour autant, quand je vois les dégâts opérés chez les hommes et les jeunes, je crois qu’il faut tenir et leur témoigner une attitude sobre et néanmoins joyeuse. J’ai d’ailleurs appris récemment que l’alcool de riz détruisait progressivement tout particulièrement le cerveau. Ça joue sûrement sur la capacité d’initiative, d’innovation…et engendre la violence. Le lendemain, nous sommes donc le 26, et passant un moment chez Phach avec Tyna, il y avait là un jeune complètement alcoolisé sur le pas de sa porte. Il était 10 heures du matin… Ils étaient 7 ou 8 dont le fils de Phach à boire, et à écouter de la musique. J’ai compris que ce garçon de 20 ans ne faisait rien de la journée, rentrait uniquement pour manger et n’aidait jamais sa mère qui bosse vraiment dur.

Les enfants de Klâu Ro'ngol

Les enfants de Klâu Ro’ngol

 Le 27, échanges avec le Père Hai, curé du village, sur le projet de reconstruction de l’église de Klâu Rơngol et d’animation des jeunes avec Pheoh. Autant de projets qui complètent l’animation du village au-delà de la création du Homestay.

Avant de rentrer à Kon Tum et le lendemain à Da Nang, je ne voudrais pas oublié le délicieux moment passé avec Phach ce matin. Seul avec sa fille de 8 ans dans sa maison pendant qu’elle cuisait le riz à même le sol sur un feu de bois. Beaucoup de proximité amicale. Et tellement de ruptures dans les habitudes de vie. Quelle pauvreté et quelle joie de vivre ! Et puis avec elle et Pheoh, visite, après 45 minutes de marche sous le soleil brulant, du terrain qu’elle a commencé de transformer pour faire une rizière. Les travaux pourraient donner lieu à une aide. Elle n’y arrivera pas toute seule.

Des adieux très chaleureux qui n’en finissent pas. Nos amis sont très pudiques et pourtant très expansifs dans leurs adieux. Ce qui a changé considérablement dans notre relation : ils savent que nous reviendrons. Au début, ils nous prennent pour des gens de passage….

✗ 28 janvier 2015

A nouveau, un après-midi Bio avec Huynh, ensuite le Père Truyhn de Kon Tum et enfin un diner, avec Armel, un français que je connaissais avant, vivant à Kon Tum depuis quelques temps, avec sa compagne Vietnamienne et ayant un projet bio local sur du frais !

Rapide déjeuner tous les 4 et départ pour Da Nang en compagnie de Pheoh. Elle termine sa formation de « tenu d’un homestay » .Voyage sans encombre.

Il ne me reste plus qu’à tenter de rêver à demain !

✗ 28, 29 et 30 janvier 2015

Nous sommes mercredi matin, j’ai pu récupérer mon retard mail et autres documents avant d’aller déjeuner avec Prisca et Nicolas dans un restaurant italien ! Ils sont ici depuis septembre et ont besoin de respirer un air proche de chez nous. Ainsi que de parler français ! Ils ont tout lâché pour vivre ici. Nicolas cherche à créer une activité professionnelle. Peut-être quelque chose comme l’accompagnement de chef d’entreprise pour les aider à compléter leur approche d’anticipation, de gestion…enfin ce qui fait défaut à la culture vietnamienne. Il est sensible à l’accompagnement humain des personnes. Il pourrait être un soutien pour Ha My dans son accompagnement des jeunes. Il m’a demandé de l’aider dans sa démarche de création : je lui ai dit oui !
Et nous verrons plus tard des coopérations possibles avec D☰V☰NIR.

Jeudi et vendredi ont tourné autour de rencontres riches avant mon départ dans l’après-midi de vendredi pour Saïgon. L’évêque : un beau soutien à Ha My pour trouver des étudiants prometteurs à accompagner. Et en plus, une proposition de travail pour Ha My. Par contre, pas de communauté de français : en tout et pour tout, 20 français à Da Nang. Donc pas d’aide de ce côté-là. Discussion avec Ha My : il est clair qu’elle attend notre feu vert pour redémarrer ses accompagnements de jeunes étudiants. Il est vraiment nécessaire de trouver des financements pour continuer de démultiplier nos actions. Mais cette vacance tombe bien, elle est débordée de travail : l’aide que nous lui avons apportée pour devenir guide était vraiment un excellent investissement. Elle a du coup plusieurs cartes en main.

Phu, maman de Tam

Phu, maman de Tam

Bons échanges avec Tuyet, responsable du foyer des enfants Family 4 où a vécu Tam (Phu, sa maman en photo). Elle sera une fidèle alliée au cas où. Rencontre avec 2 ou 3 jeunes ex-Family 4. Des relations chaleureuses à suivre.

Échanges à nouveau avec Phu : mon aide et ma relation avec Tam pèsent lourd ! Son projet d’évolution professionnelle n’avance pas. C’est vraiment difficile (ou impossible) de vivre au jour le jour et de penser un projet à long terme avec toutes ces conséquences pratiques.

✗ 01 et 02 février 2015

Départ de Da Nang, pour le moins dans l’émotion à nouveau en quittant toutes ces merveilleuses personnes. Après un déplacement du centre de Da Nang à l’aéroport en motocycle quelque peu mouvementé, dans la fumée irrespirable de tous ces moteurs sans compter qu’après coup on se demande comment on n’a pas télescopé l’un ou l’autre, arrivée sans encombre à Saïgon ! Embouteillage monstre au début de la route pour Tan Thong. Au total, près de 2 heures de trajet. Mais beaucoup d’agrément car, surprise très touchante, 10 enfants sont venus m’accueillir à l’aéroport avec Pierre. Vraiment sympa et touchant. Tu peux imaginer la situation : assez stupéfait au milieu de cette nuée d’enfants ! Ensuite, chansons, échanges… ont ponctués les 2 heures en question. A Ly Cho ne m’a plus lâché, comme en octobre. C’est dur, vraiment dur, pour ces petits et grands d’être coupés de leur famille, de leurs racines… ils vont tous retourner pour la fête du Têt mi-février dans leur famille pour quelques jours.
J’avais bien sûr retrouvé Dominique ; comme un poisson dans l’eau. Elle est très sensible à tous ces enfants. Elle en a déjà repéré une qu’il faudrait accompagner, la jeune « Mai ». Je lui ai expliqué que cela pourrait se faire dans le cadre de D☰V☰NIR, Père Paul Dominique va lui expliquer qu’il ne souhaite pas de parrainage individuel. J’apprécie cette approche qui évite des liens trop affectifs, souvent frustrants pour les enfants.

Ce samedi, travail avec Père Paul Dominique. J’ai convenu que nous réglerions très rapidement les frais pour Tam, Tuấn et Huy ainsi que les quelques dépenses concernant le traitement de Khu.

Mais surtout travail de fond sur l’identité de Tan Thong et son maintien voire son renforcement dans un contexte architectural nouveau. Nous avons convenu que Dominique allait s’employer cette semaine à approfondir la question avec le Père Paul Dominique et Sœur Marie Hoa… cela nous sera très utile pour nos différents supports.

Déjeuner, puis départ pour le foyer des étudiants à Saïgon où Tam m’attendait. Après-midi touristique selon mon schéma habituel (le seul que je connaisse). Bon moment !
Diner avec les étudiants, précisions sur le projet Bio et départ pour l’aéroport. J’aime beaucoup ces moments avec les étudiants : beaucoup de question sur la vie des affaires ; ils se préparent à demain. Et aussi beaucoup de joie…j’adore terminer ce séjour en profitant de leurs voix magnifiques autour d’une guitare parfaitement maîtrisée par l’un d’entre eux.

L’histoire s’arrête momentanément là. Elle se poursuit à Lyon d’une autre manière et à nouveau, près de nos amis, un séjour prochain…

Jean Brunet-Lecomte à l’aéroport de Saïgon accompagné des enfants de Tan Thong

Change this in Theme Options
Change this in Theme Options