Bienvenue sur le site du fonds de dotation Devenir !

Devenez ce que vous êtes !

Le monde se construit par ceux qui osent et qui décident d’agir : nous sommes entrés dans la construction d’un monde nouveau pour notre futur. Dans le langage économique, nous pouvons dire que nous avons créé un monde de rente à la sortie de la dernière guerre mondiale, dans la meilleure des intentions. Ce monde est à bout de souffle : la crise de 2008 notamment l’a révélé au grand jour et les années qui suivent en montrent les soubresauts.

De nombreux jeunes, en particulier, l’ont compris et osent de plus en plus se lancer dans l’aventure d’un nouveau bien commun en rupture avec le précédent : ils veulent un «  monde responsable ».

Le fonds de dotation D☰V☰NIR est heureux de les accompagner dans leurs projets et réalisations. De la confrontation positive entre un porteur de projet et Le fonds de dotation D☰V☰NIR, émergent les raisons profondes et solides d’agir chez le porteur de projet. Ces motivations  sont toutes autant de contributions à ce monde nouveau en marche. Elles sont aussi une condition de réussite durable et responsable pour les projets. Il s’agit d’un véritable ancrage qui constitue le guide de référence pour décider au quotidien, sur le long terme et dans les tempêtes qui ne manqueront pas de se produire.
Mais à quelle(s) source(s) ces raisons d’agir et ces convictions peuvent-elles se nourrir ?

D☰V☰NIR croit à la philosophie du développement intégral, porteuse à la fois de la réalisation de soi et simultanément, du développement de toute la communauté. C’est en fait une approche globale qui prend en compte tous les éléments du monde dans lequel nous vivons et qui les relie. Le bien commun ainsi recherché se traduit par une vision ample où l’économique, le social, le culturel et le spirituel forment un tout en se respectant mutuellement.

Cette vision recherche à préserver nos ressources, à combattre la pauvreté et les injustices, à permettre une croissance durable tout en  se satisfaisant d’une certaine frugalité. Cette vision reconnaît la dignité, la créativité, la générosité et le besoin spirituel de toutes personnes.

De nombreuses personnes sont donc aujourd’hui porteuses d’idées, de souhaits de changement pour elles-mêmes et le monde qui les environne…

Elles aimeraient les réaliser mais parfois n’osent pas s’engager pour de très nombreuses raisons factuelles et objectives. Au-delà de ces raisons concrètes, c’est souvent leur imaginaire qui les freine pour aller de l’avant : il s’agit d’une véritable auto-limitation… « Je voudrais devenir ce pour quoi je suis fait, mais je n’ose pas mettre en œuvre mon projet de vie…».

D☰V☰NIR intervient précisément  pour éveiller au possible, pour lever les freins imaginaires et pour libérer l’initiative. Ainsi la concrétisation des projets, souvent projets de vie, devient possible. D☰V☰NIR permet d’ancrer ces projets sur des  fondations solides.

Nous sommes dans le « devenir » ! De soi-même et du monde !

Notre démarche en France comme au Vietnam

Progressivement nous avons expérimenté et adapté notre démarche. Elle s’appuie maintenant sur quelques solides fondations :

Nous partons toujours d’une demande faite par une ou plusieurs personnes, ces initiatives sont donc toujours portées par des locaux ; elles sont accompagnées par une équipe vietnamienne D☰V☰NIR sur place, pilotée par moi-même ; j’assure également des accompagnements directement ; nous assurons une continuité d’action sur place depuis 4 ans et nous nous concentrons essentiellement sur Kon Tum pour ancrer les actions et créer des synergies. Ce qui n’empêche pas des partenariats dans plusieurs villes du Vietnam ; notre approche s’inscrit dans une logique économique et d’apprentissage ; les projets sont ainsi entrepreneuriaux, afin de créer du « business », accompagnés de transfert de compétences qui autonomise et responsabilise ; les appuis financiers ne sont que des coups de pouce facilitateurs et « responsabilisant », ciblant essentiellement les investissements que la plupart des personnes seraient incapables de faire.

Bien sûr, compte tenu de la philosophie générale de D☰V☰NIR, nous « vivons » les projets en les partageant étroitement avec leurs porteurs. Nous sommes de vrais partenaires, et plus que cela, je suis présent aux côtés des porteurs de projets avec notre équipe sur place.

Des initiatives durables au Vietnam

En 2017, il s’agit, avec votre aide, de continuer à réaliser une belle histoire de vie et de personnes à Kon Tum avec des pauvres, des jeunes… qui ont envie de vivre mieux dans la joie de vivre ! Je passe beaucoup de temps auprès d’eux, je peux vous affirmer que ça vaut la peine d’accompagner leurs initiatives. Ils nous donnent beaucoup de leur amour, et j’essaie de leur en donner un peu. C’est là l’essentiel.

La province de Kon Tum est essentiellement agricole. Elle est peuplée dans les campagnes de nombreuses ethnies dites « montagnardes ». Les paysans que nous rencontrons ont une vie très simple, très proche de la nature, des forêts, des rivières, de la terre. Ils se nourrissent des produits de la nature et ont gardé un ancien mode de vie : ils vivent en famille, dans des maisons sur pilotis en bois pour la plupart. Ils cuisinent au feu de bois. Le riz est bien sûr la base de l’alimentation. La maison s’organise autour d’une grande pièce commune avec une véranda externe, et une ou deux chambres. Les enfants sont nombreux. C’est vraiment très touchant de partager de grands moments de gaieté toute simple avec ces familles.

Les exploitations ne dépassent que très rarement 1 hectare. Outre le riz, le manioc et le café sont les principales productions. Hélas, certaines de ces productions épuisent le sol. La vie est difficile et un certain fatalisme est de mise. Les hommes boivent beaucoup ainsi que les adolescents. C’est très attristant.

Les initiatives sont rares mais elles sont là. Des jeunes prennent des initiatives ! Il est frappant de constater que les femmes travaillent beaucoup, dans les terres, et s’occupent souvent seules, des enfants… Depuis quelques années, les enfants sont scolarisés dans les écoles primaires des villages et ensuite dans les écoles secondaires des villes comme Kon Tum. Là, ils sont hébergés dans des « orphelinats ». Par manque d’argent et par nécessité de main-d’œuvre dans les champs, ils arrêtent souvent l’école au niveau de la 3° en France. Les plus doués, s’ils trouvent des aides, iront en université. Ils sont peu nombreux à en arriver là. La plupart de ceux qui réussissent ne reviendront pas au village mais ils auront à cœur d’aider leur famille en retour avec de l’argent mais ils créent ainsi une forme d’assistanat.

L’accès aux soins pour les plus pauvres est difficile. Par manque de moyens sûrement, même si les soins leur sont rendus accessibles par les autorités. Mais c’est aussi pour une question de mentalité et parce que c’est très compliqué pour eux de faire les démarches. Nous avons aidé plusieurs personnes à s’en sortir, pour beaucoup en les accompagnants dans leur démarche.

Dans ce contexte, plusieurs demandes s’expriment pour vivre mieux : nous en saisissons certaines pour les faire « devenir » !

C’est ainsi que nous les accompagnons depuis 4 années. Action à poursuivre et à développer !

Il faut absolument intégrer que c’est nécessairement une action sur le long terme...

Fermer le menu